Services de soins et d'accompagnement Mutualistes

Dentaire

Les affections de la bouche :

La mauvaise haleine

L’halitose désigne une mauvaise haleine provoquant une odeur désagréable sortant de la bouche, lors de l’expiration ou lors de discussions. La mauvaise odeur peut également provenir des fosses nasales.
Les personnes atteintes d’halitose risquent d’indisposer les personnes avec lesquelles elles discutent.

Les causes de la mauvaise haleine

haleineUne mauvaise haleine est provoquée dans près de 90% des cas par le développement de bactéries dans la bouche et sur la surface de la langue.

- Les affections de la bouche
- Les caries dentaires
- Les gingivites
- Les maladies parodontales : infections bactériennes des tissus qui entourent et supportent les dents
- Une angine
- Une mycose
- Résidus d’aliments restés dans certaines zones dentaires
- Une langue chargée
- Certains aliments : Ail, oignons, anchois, fromage, charcuterie…
- Alcool et café : l'alcool et le café sont des facteurs prédisposant à la mauvaise haleine
- Une acidité oeoso -gastrique : la prise de médicaments anti reflux et anti acides peut parfois apporter une amélioration de la mauvaise haleine.
- Rhinite infectieuse, sinusite : Une infection des fosses nasales ou des sinus peut entraîner une mauvaise haleine
- Les autres causes : le jeûne, le stress, l’insuffisance de mastication des aliments, un cancer 0RL ou bronchique, etc..

Il est parfois nécessaire d’effectuer un bilan plus complet avec son médecin lorsqu’aucune cause n’est retrouvée.

Une origine psychologique ?

Certaines personnes pensent avoir une mauvaise haleine qu’ils sont les seuls à constater. On évoque dans ce cas, une pseudo halitose. L’examen ne révèle aucune mauvaise haleine. Ces personnes peuvent développer une véritable phobie, appelée halitophobie, pouvant les handicaper dans leur vie quotidienne.
Cette angoisse d’avoir une mauvaise haleine entraîne une véritable souffrance psychique.
Une prise en charge psychologique et/ou médicamenteuse doit être envisagée.

Haut de page

La sécheresse buccale

Sécheresse buccale : maladie ou inconfort ?

secheresseLa sécheresse buccale (encore appelée xérostomie par les médecins) est un symptôme fréquent qui concerne le quart d'entre nous. La question qui se pose est de savoir s'il s'agit d'un simple inconfort ou d'une vraie maladie sous-jacente.

La sécheresse buccale peut être à l'origine de bien des problèmes : faute de salive (et nous en produisons 0,5 à 1,5 litre par jour !), la bouche peut présenter des candidoses, des caries ou pire, des atteintes des gencives attaquant plus ou moins l'os des mâchoires. Ces complications sont redoutables car elles vont empêcher une vie normale et entraîner à leur tour des complications encore plus graves comme des atteintes cardiovasculaires ou des diabètes, voire chez les plus âgés, de véritables dénutritions. Petite cause, grand effet, si vous trouvez que votre bouche est trop sèche, cela vaut le coup d'en parler avec votre médecin de famille.

Comment détecter une sécheresse de bouche anormale ?

Pour savoir ce qu'il en est, vous pouvez vous poser quatre questions :

  •  Avez-vous la bouche sèche lorsque vous mangez ou parlez ?
  • Prenez-vous des gorgées de liquide pour avaler des aliments secs ?
  • Avez-vous des difficultés à avaler certains mets ?
  • Avez-vous la sensation d'avoir la bouche sèche tous les jours depuis plus de trois mois ?

Si vous répondez oui à l'une ou plusieurs de ces questions, une consultation est nécessaire.

Vous pouvez aussi faire le test du morceau de sucre. Normalement, si vous placez un morceau de sucre n°4 (taille standard) sous la langue, il doit fondre complètement en moins de 3 minutes ...

Quelles sont les principales causes de la xérostomie ?

La cause la plus fréquente de sécheresse de bouche est liée à la prise de médicaments :
- antidépresseurs et autres produits agissant sur le système nerveux,
- antihypertenseurs,
- antimigraineux,
- anti-ulcéreux pour l'estomac,
- etc.
La liste est longue et comporte plus de 500 médicaments !

Les causes locales sont aussi fréquentes et sont très souvent liées à une mauvaise hygiène buccodentaire. Une diminution de la mastication, due à une alimentation trop molle, peut aussi être retrouvée, surtout chez les personnes âgées, ainsi qu'une diminution des apports hydriques.
D'autres causes générales doivent être recherchées, comme un trouble neuropsychiatrique (dépression, anxiété), un diabète, une hypothyroïdie, une atteinte immunitaire (VIH, sarcoïdose, rejet de greffe, etc.), des causes hématologiques ou rénales. Dans ces causes générales, il est fréquent de constater que la sécheresse concerne tout autant les yeux que le nez ou les muqueuses génitales. Une cause rare est aussi évoquée : le classique syndrome de Gougerot-Stögren qui ne concerne que 0,05% des cas. Il faut enfin savoir qu'une fois sur cinq, aucune cause n'est retrouvée.

Le traitement de la cause

Le diagnostic posé, le traitement en découle le plus souvent logiquement. Il faut cependant savoir que dans les nombreux cas de sécheresses buccales liées à une prise de médicaments, ceux-ci ne peuvent pas toujours être arrêtés du jour au lendemain. Une période de transition est souvent à prévoir.

Haut de page

Le tabac

fumerMédiatisés par de nombreuses campagnes d'information, les méfaits du tabac sur la santé générale (cancer, problèmes cardiovasculaires, réduction de l'espérance de vie) sont aujourd'hui bien connus. En revanche, les nombreux effets nocifs du tabac sur les dents sont peu connus et pour certains ignorés.

Si fumer est pour beaucoup synonyme d'haleine chargée et de dents jaunes, les méfaits du tabac sur les dents vont bien au-delà et menacent le capital dentaire du fumeur et, fait moins connu, de ses enfants.

Maladie parodontale

Le tabac est l'une des premières cause de maladies du parodonte, encore connues sour le terme de déchaussement. La probabilité de souffrir d'une maladie parodontale est de deux à six fois supérieure chez un fumeur par rapport à un non fumeur, selon le nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Le risque de déchaussement est d'autant plus grand que le saignement et l'inflammation des gencives, premier symptôme de la maladie, n'est pas détectée à cause de l'effet vasoconstricteur du tabac. Il faut plus de dix années d'arrêt pour que le niveau de risque redevienne équivalent à celui d'un non fumeur.

Échec implantaire

Fumer majore le risque d'échec implantaire par rejet immédiat. Pour un tabagisme dépassant les quinze cigarettes par jour, le taux d'échec est multiplié par trois. C'est dans ce cas une contre-indication à la pose d'implant. De même, fumer écourte la pérennité d'un implant en bouche. Les problèmes, type péri-implantite causant une mobilité de l'implant justifiant sa dépose, sont plus fréquents. L'altération du parodonte (gencive et os de soutien de la dent) par la fumée a les mêmes conséquences sur l'implant (péri-implantite) que sur une dent naturelle (parodontite ou déchaussement).

Perte de vitalité des dents

Fumer accroît les probabilités d'avoir besoin d'un traitement de racine. D'après une étude récente, un fumeur a un risque augmenté de 70% de subir une dévitalisation par rapport à une personne qui ne fume pas. Une personne qui fume depuis moins de quatre ans a un risque augmenté de 20%. Pour un tabagisme de cinq à douze ans, le risque est double, il est majoré de 120% au-delà de douze ans de tabagisme ininterrompu. Un arrêt de dix ans environ permet de ramener le risque au niveau des personnes n'ayant jamais fumé.

Colorations

On les croit à tord réversibles. La nicotine imprègne, non seulement la surface de la dent, mais aussi, plus en profondeur, les parties dépourvues d'émail. Aux endroits exposés (bords usés, collets dénudés), les goudrons pénètrent en profondeur la dentine, tissu plus poreux, pour produire une coloration dans la masse. Un problème similaire se rencontre sur les dents reconstituées par de la résine ou composite, matériau poreux qui fixe également à la longue les colorations. Les personnes qui ont porté des bagues risquent davantage de voir leurs dents jaunir, les goudrons se fixant sur les particules de résine (colle) restées incrustées dans l'émail après le retrait des bagues. Un polissage n'est pas suffisant. Les zones imprégnées (zones usées, collets) resteront noires. Un blanchiment peut améliorer l'aspect des dents avec des réserves cependant car le blanchiment est déconseillé dans de nombreux cas (dents usées, sensibles, etc.). En outre, le blanchiment accroît la porosité des dents, il est donc essentiel de ne jamais refumer après un blanchiment sous peine de voir des colorations encore plus marquées réapparaître après la reprise du tabac.

Tabagisme passif et caries chez l'enfant

Des études récentes montrent que le tabagisme passif est une cause de majoration du taux de caries chez l'enfant ou l'adolescent exposé à la fumée des parents. Le tabagisme passif est une cause directe de caries comme expliqué dans Caries et tabagisme passif chez l'enfant.

Haut de page

Précédent

Les avantages de notre réseau